Fonds 0544 - Religieuses de Notre Dame des Missions (RNDM)

Title and statement of responsibility area

Title proper

Religieuses de Notre Dame des Missions (RNDM)

General material designation

Parallel title

Sisters of Our Lady of the Missions = Soeœurs de Notre Dame des Missions = Institute of Our Lady of the Missions = Daughters of Our Lady of the Missions = Filles de Notre Dame des Missions

Other title information

Title statements of responsibility

Title notes

Level of description

Fonds

Reference code

CA ASHSB 0544

Edition area

Edition statement

Edition statement of responsibility

Class of material specific details area

Statement of scale (cartographic)

Statement of projection (cartographic)

Statement of coordinates (cartographic)

Statement of scale (architectural)

Issuing jurisdiction and denomination (philatelic)

Dates of creation area

Date(s)

  • 1861-2005 (Creation)
    Creator
    Religieuses de Notre Dame des Missions (RNDM)

Physical description area

Physical description

1730 cm documents textuels
2 cm de documents Grands formats: 159 documents
95 cm de documents iconographiques: 1545 photos et 507 diapositives

Publisher's series area

Title proper of publisher's series

Parallel titles of publisher's series

Other title information of publisher's series

Statement of responsibility relating to publisher's series

Numbering within publisher's series

Note on publisher's series

Archival description area

Name of creator

(1861 au présent)

Administrative history

La congrégation de Notre Dame des Missions a été fondée à Lyon, France en 1861. La fondatrice, Euphrasie Barbier, (1829-1893) a commencé une congrégation religieuse où les sœurs auraient comme première préoccupation l'éducation des femmes et des enfants et le soin des malades et des pauvres dans les missions dites 'étrangères'. Bien qu'au moment de prononcer leurs vœux, les sœurs consacraient leurs vies aux missions étrangères, Euphrasie n'a pas vu l'activité missionnaire limitée aux terres des 'missions'. Sa spiritualité missionnaire, centrée sur la Mission Divine, a signifié pour elle que la mission était partout. Toute activité apostolique est vue comme la participation à la mission de la Trinité. Après la mort d'Euphrasie, des sœurs ont continué à être envoyées, particulièrement de l'Europe, aux pays de mission mais il y avait également une tendance de garder les sœurs à la maison pour le développement des œuvres locales. La congrégation continue à porter cette tension entre le besoin d'aller aux missions étrangères et de satisfaire les besoins des gens du pays. Les premiers missionnaires ont été envoyés de Lyon au Nouvelle Zélande et aux Îles Pacifiques du Tonga, du Samoa et de Wallis. Cependant, par 1878, les missions dans les Îles Pacifiques ne faisaient plus partie de la congrégation bien qu'en Nouvelle Zélande le nombre d'écoles avait augmenté. De 1898, la congrégation avait ouvert des écoles et des orphelinats en Inde, en Angleterre et en France. Au cours de son histoire, la congrégation a été présente en Australie, au Bangladesh, en Bolivie, aux Iles britanniques, en France, en Inde, au Kenya, au Myanmar (Birmanie), en Nouvelle Zélande, en Nouvelle-Guinée, au Pérou, aux Philippines, à Rome, au Sénégal, en Suisse, au Vietnam et au Samoa occidental. En 1898, l'archevêque de Saint-Boniface, Mgr Adélard Langevin, o.m.i, a invité les religieuses de Notre Dame des Missions dans son diocèse pour enseigner dans les écoles dans les communautés catholiques en accroissement rapide. En août de cette même année, quatre sœurs françaises, Mère Marie St-Paul (Pauline Dutronquoy), sœur Marie Madeleine de la Croix (Virginie Chapuis), sœur Marie Ste-Valérie (Marie Annoite) et sœur Marie de l'Eucharistie (Louise Palatine) sont arrivées dans la petite communauté de Grande Clairière, Manitoba. Dans quelques années, plusieurs sœurs françaises et anglaises du noviciat de Lyon sont venues ouvrir de nouvelles missions dans le diocèse de Saint-Boniface. Elles ont fondé des couvents à Lac Croche, Territoires du Nord-ouest (devenant plus tard la Province de la Saskatchewan), en décembre 1898; à Brandon, Manitoba (St Michael's Academy), en août 1899; à Lebret, Saskatchewan (près de Lac Croche), en septembre 1899 et à Sainte-Rose-du-Lac, Manitoba, en août 1900 où en 1902 un noviciat bilingue a été également établi. En octobre 1901, les sœurs ont ouvert une maison à Saint-Eustache, Manitoba. Des couvents ont été aussi fondés à Letellier, Manitoba, en août 1902; à Wolseley, Saskatchewan, en décembre 1904; à Régina, Saskatchewan (Sacred Heart Academy), en mai 1905; à Élie, Manitoba, en août 1905; à Saint-Joseph, Manitoba, en septembre 1909; dans la paroisse de Saint Edward the Confessor, à Winnipeg, Manitoba, en novembre 1909; à Portage la Prairie, Manitoba et à Fort Frances, Ontario, en juillet 1914. En 1915, le regroupement des fondations canadiennes, qui avaient le statut de Vicariat dans la congrégation, est devenu la Province canadienne. Après l'établissement de l'archidiocèse de Winnipeg (décembre 1915) et du diocèse de Régina (mars 1910), les sœurs reçoivent de nombreuses demandes pour enseigner dans les écoles et plus particulièrement dans les écoles séparées (confessionnelles) de Régina. Pour répondre à ces demandes, deux communautés supplémentaires ont été établies dans cette ville: Saint Mary, en 1925 et Sacred Heart College, en 1926. En 1926 le noviciat a été déplacé de Sainte-Rose-du-Lac, Manitoba à Sacred Heart College à Régina. En 1930 la Province canadienne a été divisée en deux Provinces distinctes, celle de Sacred Heart (rassemblant les maisons de la Saskatchewan) et de Saint Mary (rassemblant les maisons du Manitoba, de l'Ontario et du Québec). La question de la langue était une source de tension dans la congrégation au Canada comme elle l'était dans tout le pays. Le déplacement du noviciat à Sacred Heart College a voulu dire que les postulantes des communautés de langue française ont dû faire leur noviciat en anglais. En 1948 les sœurs ont fondé un couvent au Québec à Cité Jacques-Cartier (devenu la ville de Longueuil) et ont ouvert un noviciat français à cette endroit. Dans les années 40 et 50, de nouveaux couvents ont été ouverts dans différentes régions du Canada: Sioux Lookout, Ontario, en 1940; Wapella, Saskatchewan, en 1942; Saskatoon, Saskatchewan, en 1950; Notre Dame de Fatima, Québec, en 1952 et Saint-Blaise, Québec, en 1954. En 1956, les deux Provinces ont été réunies pour former la Province de Sacred Hearts of Jesus and Mary. Parmi les fondations canadiennes de la congrégation étaient cinq établissements éducatifs principaux : Saint Michael's Academy (1899 - 1976) à Brandon, Sacred Heart Academy (1905 - 1969), Sacred Heart College (1926 - 1963) et Marian High School (1963 - 1990) à Régina et l'École secondaire Notre Dame des Missions (1956 - 1971) à Longueuil, Québec. Le Concile Vatican II a réveillé de nouveau la congrégation à sa vocation originale de missionnaire. La Province canadienne a ouvert une mission au Pérou à Moquegua en 1968, à Ilo en 1971, à Candarave en 1977 et à Arequipa en 1984. En 1986, les maisons du Pérou ont été organisées en région administrative autonome, séparée de la Province canadienne. Pour répondre à la vocation missionnaire de la congrégation, les sœurs ont travaillé dans divers apostolats. Elles ont œuvré dans des réserves indiennes et ont fondé des maisons à Oxford House, Manitoba (1972), à Sandy Bay, Manitoba (1983) et à Pinewood, Ontario (1986). Quelques sœurs ont travaillé à Norway House, Manitoba (1997) et à Ile la Crosse, Saskatchewan (1997). Les sœurs ont aussi travaillé avec les personnes mentalement désavantagées à Régina: à Jean Vanier School (1971 - 1978), à Garritty House (1973 - 2006) et à Kramer Home (1988 - 2006). Le ministère aux réfugiés a été inauguré par l'ouverture de la maison d'hospitalité, Hospitality House, à Winnipeg en 1993. À la fin des années 70, les sœurs canadiennes se sont adaptées à leur expérience du vieillissement et à la diminution de leurs nombres en se retirant graduellement de leur travail traditionnel d'enseignement et de direction d'école. Elles ont répondu à d'autres besoins missionnaires au Canada: l'administration dans les paroisses et d'autres ministères de paroisse, la direction spirituelle, le travail dans le tribunal de mariage, l'accompagnement des victimes d'abus, du SIDA et les personnes qui se libèrent d'addictions, le travail avec les personnes âgées et isolées, le service de la communion aux malades et l'aide aux pauvres. En raison de leur participation active dans leurs communautés respectives, deux établissements ont été dédiés aux sœurs de la congrégation: Sr. (Marian) McGuigan High School à Régina et le Sr. Betty Kennedy Centre à Fort Frances. Entre 1980 et 2005, des plus grands couvents ont été graduellement fermés et vendus et les sœurs se sont déplacées à de plus petits logements. Les sœurs plus âgées, mais encore capables de s'occuper de leurs besoins, se sont déplacées soit à la résidence Santa Maria, à Régina (1998), à la Résidence Despins (2005), à St Benedict's Place (2006) ou au Manoir de la Cathédrale Manor, à Winnipeg (2007). Les sœurs ayant besoin plus d'aide sont entrées dans de diverses maisons de retraite. En 2007, la décision a été prise de fermer le dernier grand couvent de la Province, le couvent de Saint Edward, à Winnipeg, qui était devenu le centre administratif de la congrégation en 1982. En septembre 2007, les bureaux administratifs provinciaux et les archives ont été installés au 310 boulevard Provencher, à Winnipeg (Saint-Boniface), Manitoba.

Custodial history

Les premiers documents et photographies de cette collection, dont plusieurs sont de provenance inconnue, furent rassemblés et organisés par sœur Regina Anne Boechler, archiviste pour la Province canadienne de 1980 à 1986. À l'origine, ils avaient été conservés dans leurs couvents respectifs jusqu'à la fermeture de la maison et alors envoyés aux archives provinciales. Sœur Aileen Gleason a succédé à sœur Boechler et a continué ce travail jusqu'en 1993. En 1996, sur son retour de Rome, sœur Claire Himbeault a maintenu les archives jusqu'en avril 2006 où Marcel DeGagné et Gayle Gessner furent embauchés par la congrégation pour entreprendre la responsabilité de réorganiser, de classifier et de préserver les documents et les photographies afin de les transférer à la Société historique de Saint-Boniface pour le placement permanent en août de 2007.

Scope and content

Ce fonds contient les documents et photographies qui témoignent de l'administration et de la vie quotidienne des Religieuses de Notre Dame des Missions de la province canadienne à partir de ses débuts en 1861 jusqu'à 2005. Il comprend aussi des documents qui touchent la vie de la fondatrice, Euphrasie Barbier (Mère Marie du Cœur de Jésus, 1828 - 1893), y inclus des copies de ses écrits. Il y aussi des documents montrant l'histoire, la spiritualité et l'administration de la congrégation mondiale ainsi que la correspondance avec les autres provinces. Les documents de ce fonds décrivent la fondation de la congrégation dans l'archidiocèse de Saint-Boniface et son expansion dans le reste du Canada, ainsi que la correspondance avec Mgr Adélard Langevin, o.m.i et autres prélats de l'Église canadienne. Ce fonds comprend des documents administratifs et financiers des couvents fondés au Canada. On y retrouve l'histoire de la fondation des écoles, des couvents, des noviciats et des missions à travers l'Alberta, la Saskatchewan, l'Ontario et le Québec. C'est dans le diocèse de Régina, en particulier, où la congrégation a fondé trois écoles majeures et un noviciat. La spiritualité des sœurs de la province canadienne et leur travail apostolique sont bien documentés dans ce fonds. On retrouve aussi les écrits des premières missionnaires, la correspondance entre les religieuses, les œuvres littéraires et les dossiers personnels des sœurs. Il est important de noter que les documents sont écrits progressivement en anglais à mesure que le nombre de sœurs francophones diminue. Il y a aussi eu un important effet dans la province canadienne par le fait que la congrégation accepte de fonctionner de plus en plus en anglais à travers le monde. Ce fonds est organisé en trois séries distinctes: La fondatrice, La congrégation mondiale et La province canadienne.

Notes area

Physical condition

Bon état en général.

Immediate source of acquisition

Arrangement

Language of material

Script of material

Location of originals

Availability of other formats

Restrictions on access

Les détails de la consultation des documents seront disponibles à partir du 1 août 2008. Toute consultation avant cette date ne sera possible qu'avec la permission écrite de la supérieure de la communauté.

Terms governing use, reproduction, and publication

L'autorisation du donateur est requise pour toute publication ou reproduction.

Finding aids

Un inventaire détaillé des dossiers est disponible ainsi qu'une description à la pièce des documents iconographiques.
Consultez l'instrument de recherche à cette adresse: http://archivesshsb.mb.ca/search.aspx

Associated materials

Related material: Fonds Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface

Related materials

Accruals

Le transfert des archives a eu lieu le 20 août 2007.

Language of material note

Les documents sont généralement en anglais et en français.

Alternative identifier(s)

Standard number area

Standard number

Access points

Subject access points

Place access points

Name access points

Genre access points

Control area

Description record identifier

Institution identifier

Rules or conventions

Status

Level of detail

Dates of creation, revision and deletion

Language of description

  • French

Script of description

Sources

Accession area

Related subjects

Related people and organizations

Related places

Related genres